Kenavo, fouchtra, tabarouette... http://perso.wanadoo.fr/martine.bruhat

La bête du Gévaudan

Le Gévaudan est une région montagneuse, au relief tourmenté, où a sévi un être malfaisant (ou plusieurs), homme, fauve ou loup qui attaquait les bergers et les massacrait cruellement, entre 1764 et 1767. Des loups ont été tués mais le mystère demeure quant à la nature même de ce qu'on a coutume d'appeler la Bête du Gévaudan.

Dernièrement, "Le pacte de loups" s'est librement inspiré de ce fait divers, ce qui a remis "La Bête" sur le devant de la scène.

Depuis ma plus tendre enfance j'entends parler de cette bête mythique et ce début de siècle voit foisonner films, sites web et diverses publications à son sujet. Je n'ai pas fait d'enquête, je vais me contenter d'apporter un témoignage local, afin de transmettre la tradition orale familiale.

Cliquez sur les photos pour voir de plus près et n'oubliez pas de refermer la fenêtre !

Entre mars 1764 et le 19 juin 1767 on attribue à cet animal la mort de 7 jeunes enfants, 30 jeunes garçons, 44 jeunes filles et 16 femmes. Les attaques ont été bien plus nombreuses, quelques victimes ont survécu et d'autres sont décédées de leurs blessures. Au début certaines attaques n'ont pas été consignées dans les registres paroissiaux.

Sur cette gravure la Bête attaque de jeunes bergers qui lui résistent.

 

Ma grand-mère(1892 1984) était institutrice, grande lectrice férue d'Histoire de France et abonnée dès la première heure à Historia. Ella avait coutume de nous lire ou raconter des contes et des légendes, le soir avant de dormir, ou lors d'après-midi pluvieux. Elle connaissait tous les livres de Mr Henri Pourrat et achetait, dès leur parution, les recueils de contes et légendes ayant rapport à notre région. La " Bête " n'était pas sa légende favorite mais elle nous en avait parlé, évidemment. Lors d'un voyage à Marvejols elle avait découvert, à un âge avancé, l'étrange statue la représentant, mais elle n'a jamais vu celle d'Auvers, bien sûr.

 

La statue érigée à Auvers.

Quand mon mari m'a fait découvrir le pays natal de sa mère, la commune d'Auvers, il a bien sûr évoqué cette bête et, plus encore, m'a présenté son grand père qui savait où l'animal avait été tué deux siècles plus tôt par Jean Chastel dit " le Masque ". Cette mort avait coïncidé avec la fin des attaques de bergers. La tradition orale locale situe ce lieu non loin de Chanteloube ( ! ), un hameau d'Auvers, où vivaient les ancêtres de ma belle-mère...

(La bête a été tuée sur la paroisse de Nozeyrolles qui englobait Auvers à cette époque. De nos jours nous parlons de commune et non plus de paroisse.)

 

 

Le village de Chanteloube (en arrière plan la forêt de la Margeride)