Moëlan sur mer... Moëlan en Cornouaille... Molan ar Mor

Pour faire une visite aléatoire sans revenir sur vos pas cliquez sur à chaque fin de page, le bouton retour ramène aux pages Moëlan et Moëlan2

Je passe au moins trois semaines de vacances à Moëlan depuis 1987 et j'adore cette région qui présente, sur la même commune, tout ce qui fait l'attrait de la Bretagne. Je me suis documentée à la bibliothèque de Moëlan en consultant le livre de G Meuric Philippon : "Moëlan en Cornouaille".

Lors de mon dernier séjour, en janvier 2003, la mer était déchaînée ce qui justifie cette page supplémentaire : Tempête !


Le bourg de Moëlan n'est pas en bord de mer, mais la commune est très étendue et présente 14 km de côtes orientées au sud.

6596 habitants , 139 habitants au km2 au recensement de 1990.

deux plages : Kerfany et Trénez

trois ports : Bélon, sur la rivière du Bélon, Brigneau et Merrien.

Six chapelles photographiées en été ou en hiver !

L'habitat est très dispersé et, en plus du bourg, il y a une foule de hameaux dont les noms commencent souvent par Ker, ce qui n'aide pas le touriste à se situer !

Un réseau de petites routes, en général bien entretenues, relie les différents hameaux et offre des beaux circuits à faire à vélo, parmi les champs et les bois. Les chemins creux entretenus été comme hiver permettent de se promener à l'abri du soleil en été et du mauvais temps en hiver.

Le relief est accidenté bien que la commune ne culmine qu'à 65 m. Les rias profondes obligent à de petites grimpettes qui coupent les jambes en début de séjour.

 

La chapelle dédiée à St Philibert et St Roch et sa fontaine au bourg de Moëlan.

Pour voir la fontaine cliquez sur l'image

 

L'île Percée vue du sentier côtier entre Trénez et Kerfany.

Vues de Trénez en cliquant sur l'image

 

Un peu de géologie : socle de gneiss et micaschiste bouleversé par d'anciennes éruptions volcaniques et creusé de nombreuses rias (fjords) lors de la période glaciaire.

Ces rias peuvent être très enfoncées dans les terres ou alors très courtes, mais toutes sont alimentées en eau douce par un ruisseau ou une rivière que l'on voit couler à marée basse. Cela donne une côte très découpée qu'un sentier côtier suit d'un bout à l'autre de la commune.

En suivant ce sentier entre Brigneau et Merrien on découvre, non loin de l'entrée de Merrien, un fortin dit "Fortin des douaniers" ou "maison garde-côtes" d'où des milices civiles guettaient les envahisseurs maritimes.

vers Moëlan2
Si vous êtes entré directement : entrée du site ici, accueil ici